Le Lac Sergent; bilan de santé 2011-2012

Classé dans : Appels, Nouvelles | 0

À l’été 2012, Monsieur Claude Phaneuf, biologiste et communicateur, a présenté à la communauté sergentoise un résumé des tests effectués par l’APPELS et du monitorage réalisé depuis les dernières années.La présentation faite à l’aide d’un montage Powerpoint est disponible en consultant le lien suivant: Résultats échantillonnage 2011 APPELS-1.

 

Voici les grandes conclusions qui s’imposent à l’analyse des différentes études :

 

  1. Le suivi des coliformes fécaux démontre que la contamination par les installations septiques est une source majeure de pollution pour le lac.

 

  1. La charge en phosphore des tributaires démontre l’apport de chacun des sous-bassins qui reste à préciser en fonction du débit de chacun d’eux (eaux usées).

 

  1. L’anoxie à la fosse est réelle en période estivale, mais ne semble pas problématique en terme relargage de phosphore.

 

  1. Le phosphore dans la colonne d’eau n’est pas à un niveau critique puisqu’il est sous la limite de détection de la «méthode par acide ascorbique» (10μg/L). La transparence mesurée par le disque de Secchi, la productivité en chlorophylle a, la concentration en carbone organique sont stables dans la colonne d’eau depuis une dizaine d’années. Ceci veut dire que la qualité de l’eau du lac s’est maintenue. La présence accrue de végétation aquatique pourrait être une explication à cette situation.

 

  1. Les concentrations en métaux lourds dans les sédiments ne semblent pas très élevées, sauf le plomb, le cadmium et le zinc. Des métaux lourds dans les sédiments imposent une précaution avant toute tentative éventuelle de dragage.

 

Le Lac Sergent présente un environnement très fragile. La présence humaine a accéléré son vieillissement. Ce n’est pas une situation bien différente de plusieurs lacs habités de la Vallée du St-Laurent, mais si nous voulons en profiter longtemps et si nous voulons léguer cet environnement à nos jeunes, des mesures de protection s’imposent.