(4) L’ADMINISTRATION BÉDARD: L’ENVERS DE LA MÉDAILLE

SUJET : LA VIDANGE ET L’INSPECTION DES INSTALLATIONS SEPTIQUES

Le Règlement du gouvernement du Québec (Q2.,r.22) indique clairement que les fosses septiques doivent être vidangées à tous les quatre ans pour les résidences saisonnières et à tous les deux ans, pour les résidences régulières. Cette vidange est faite par un sous-traitant de la Régie régionale de gestion des matières résiduelles de Portneuf qui facture pour ce faire, la Ville.

Jusqu’à l’an dernier, les citoyens possédant des résidences saisonnières payaient dans leur compte de taxes, 33 $ sur quatre ans pour couvrir les frais de vidanges, tandis que les résidences permanentes, contribuaient à raison de 66 $ par année. Cette année, l’administration Bédard a modifié les règles de sorte que toutes les résidences de la Ville, qu’elles soient saisonnières ou régulières, paient 66 $ par année et sont toutes vidangées en principe à tous les deux ans. En plus d’être illégale, c’est une façon de faire porter le fardeau fiscal sur les saisonniers. Et ce, sans compter cette taxe pour la réserve environnementale de 100 $ par année qui sert à financer des projets inutiles ou douteux comme déjà décrits. Une hausse de taxe déguisée de plus de 10 %.

Mais il y a plus. Interrogé, le préposé de l’entreprise mandatée par la Ville et la Régie régionale, a indiqué qu’il avait constaté de nombreuses fosses défectueuses avec dans certains cas des rejets vers le lac. Mais comme il n’est pas « policier ou inspecteur municipal », selon ses dires, ces constatations ne font pas partie de son rapport à la Ville. Aussi, l’APPELS est d’avis que l’argent de la réserve environnementale serait mieux utilisé si une inspection des installations septiques serait faite annuellement par l’inspecteur ou une firme spécialisé afin de détecter les irrégularités et exiger qu’elles soient corrigées.

En outre, dans certains cas, il y a des constructions érigées, des aires de stationnements aménagés ou des arbres qui croissent sur les champs d’épuration ou d’évacuation. Pourtant le Règlement Q.2, r.22 exige bien que les systèmes tant étanches que non étanches doivent être installés dans un endroit exempt de circulation motorisée. Qu’attend la Ville pour agir ?

Une campagne électorale est l’heure de la reddition de compte de l’administration sortante. Alors, est-on certain de vouloir de cette administration pendant encore quatre ans ?

C’est à y penser !

(À suivre dans le volet 5)

Association pour la protection de l’environnement du lac Sergent (APPELS)

Septembre 2021

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.